Bernard Lavilliers chante Sous un soleil énorme

Bernard Lavilliers chante Sous un soleil énorme

Faut-il vous présenter Bernard Lavilliers ? Auteur-compositeur et interprète stéphanois (et fier de l’être), il officie depuis la fin des années soixante.

Le 12 novembre 2021, Bernard Lavilliers a sorti son vingt-deuxième album en cinquante-trois ans de carrière : Sous un soleil énorme. Il a commencé à l’écrire lors d’un voyage de trois mois à Buenos Aires, capitale portuaire de l’Argentine démarré en février 2019. Bernard Lavilliers est un homme de convictions et cet album traite autant du dérèglement politique que climatique de notre monde.

Cet album nous offre onze pistes pour un total de quarante minutes et quarante secondes :

  1. Le Cœur du monde (3min28)
  2. Voyages (4min45)
  3. Je tiens d’elle (4min00)
  4. Beautiful days (2min42)
  5. Toi et moi (3min55)
  6. Les Porteños sont fatigués (3min20)
  7. Le Piéton de Buenos-Aires (4min09)
  8. Qui a tué Davy Moore ? (2min36)
  9. Corruption (3min56)
  10. Noir tango (3min24)
  11. L’Ailleurs (4min25) => Titre dans lequel il fait part de ses récents problèmes de santé.

Nous vous avions déjà parlé de la piste introduisant cet album dans notre article Bernard Lavilliers entend battre Le Cœur du Monde.

Dans Voyages, nous retrouvons le bourlingueur infatigable qu’est Bernard Lavilliers et ses besoins de voyages.

Je tiens d’elle fait référence à la ville de Saint Etienne. Nous avions déjà évoqué cette belle ode à la ville verte avec le duo Terrenoire dans l’article : Bernard Lavilliers chante son amour pour Saint-Étienne avec Terrenoire.

Sur Beautiful days, Bernard Lavilliers nous fait bien comprendre que le vieil anar est encore là à défendre ses convictions.

Toi et moi adapté de Seu Jorge, musicien et acteur brésilien et son titre Tive Razão.

Les Porteños sont fatigués parle des habitants de Buenos Aires (Porteño est une expression sud-américaine désignant un habitant d’une ville portuaire) fatigués de l’inflation galopante.

Le Piéton de Buenos-Aires est un echo au Piéton de Paris de Léon-Paul Fargue.

Le titre Qui a tué Davy Moore ? est une reprise de l’adaptation française par Graeme Allwright en 1967 de la chanson de Bob Dylan de 1963 Who Killed Davey More? relatant la mort tragique du boxeur Davey Moore en 1963 et mettant l’accent sur la responsabilité publique. Cette chanson raisonne de nos jours avec le mouvement #BlackLivesMatters. On peut noter les rôles joués / couplets chantés par Izïa Higelin incarnant la foule, Eric Cantona dans le rôle du journaliste, Hervé (révélation des dernières Victoires de la musique) jouant l’adversaire et Gaëtan Roussel qui réalise également le titre, l’arbitre.

Dans Corruption, Bernard Lavilliers chante « s’il te reste encore une portion d’azur, une idée libertaire, une folle passion » et on le devine là encore, en être encore pétri comme au premier jour.

Le Noir tango fut écrit avec Xavier Tribolet après avoir vu ensemble un groupe « avec quatre bandonéons de front, six cordes derrière et un pianiste sur le côté, qui donnait presque dans le Hard Rock. »

Pour clôturer cet album, L’Ailleurs évoque les récents problèmes de santé de son auteur. Il rend ainsi hommage de manière détournée aux gens qui l’ont sorti de là.

Profitez à nouveau du single Le cœur du monde :

Sous Un Soleil Énorme est disponible sur la majorité des plateformes numériques légales, ainsi qu’à l’achat en CD et Vinyle : https://bernardlavilliers.lnk.to/SousUnSoleilEnormePCIB

Vous pourrez également retrouver Bernard Lavilliers en tournée en France à partir de 2022 !

En attendant, vous pouvez le suivre sur ses réseaux :

Instagram : https://www.instagram.com/bernard_lavilliers/

Facebook : https://www.facebook.com/bernardlavilliers

Et sur son site : https://bernardlavilliers.fr/

Olivier