Retour sur le concert God Is An Astronaut + Oh Hiroshima au Kao

Retour sur le concert God Is An Astronaut + Oh Hiroshima au Kao

Nous sommes le jeudi 19 mai et il fait beaucoup trop chaud à Lyon ainsi que sur toute la France. Mais nous ne sommes pas là pour parler des excès de la météo. Nous revoilà, Ralph et votre serviteur, pour une nouvelle soirée de concert organisée par Sounds Like Hell Productions. En effet, c’est ce soir où Oh Hiroshima et God Is An Astronaut se produisent à Lyon au Kao, la salle de concert du Ninkasi de Gerland.

Oh! Hiroshima au Kao (Photo par Ralph Gopaul)
Oh! Hiroshima (Photo par Ralph Gopaul pour Bastringue Corp)

Il est 20 h et après leur bande d’intro jouée de la régie me faisant fortement penser à Requiem For A Dream, le quatuor Suédois Oh Hiroshima attaque son set. Des nouvelles chansons et des plus anciennes comme Holding Rivers de l’album In Silence We Yearn ou Darkroom Aesthetics de l’album Oscillation. Ils terminent par leur long titre Drones (8 minutes). Leur (trop court) set prend déjà fin à 20 h 44 (soyons précis).

God Is An Astronaut au Kao (Photo par Ralph Gopaul)
God Is An Astronaut (Photo par Ralph Gopaul pour Bastringue Corp)

21 h 07 s’affiche sur l’écran de mon smartphone quand, après un changement de plateau et un soundcheck qui ont laissé au public et à nous-même le temps de se désaltérer, le deuxième quatuor du soir et tête d’affiche, God Is An Astronaut passes à l’attaque ! Certains titres sont à la limite d’une dark synthwave qui ne dit son nom (d’ailleurs, les effets de lumière m’ont rappelé un concert de Perturbator ou de Carpenter Brut par moment). D’autres, sont plus nettement typés rock comme celui tiré de leur album Epitath dénommé Seance Room. Le public est acquis à leur cause dans le calme et la contemplation, certain.e.s dodelinant ou se déhanchant tout de même. Apparemment, ils veulent présenter à l’Eurovision l’an prochain un titre issu de l’album All Is Violent, All Is Bright, pour savoir si c’est une blague ou pas, il va falloir attendre l’an prochain. Ensuite, Suicide By Stun autre titre du même album a été largement applaudi par le public avant qu’ils ne passent à Forever Lost et Dust and Echoes. Le groupe rappelle qu’ils fêtent cette année leurs 20 ans avec le titre From Dust To The Beyond de 2002 et enfin Fade leur chanson la plus rapide qu’ils aient écrit (de ce qu’ils en ont dit juste avant). Nous avons droit à une sorte de rappel avec la moitié du groupe respectant le rituel de sortir et revenir alors que le public sait qu’ils vont revenir et les applaudir. L’autre moitié du quatuor s’en amusant. Ils terminent sur Route 666 qui était leur chanson finale de leurs shows à leurs débuts.

Le public en redemandait encore, mais malheureusement ça n’a pas été possible et la soirée prend fin à 22 h 30.

Il y avait ce soir un public hétéroclite et mixte. Les deux groupes bien que différents ont tous deux placés la soirée dans une ambiance très instrumentale, planante, sombre et énergique.

Merci aux équipes du Ninkasi Kao, de Sounds Like Hell Productions et aux deux groupes pour cette belle soirée.

 

Bastringue.fr est un média sans but lucratif, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un coup de pouce.

Olivier

"La vie sans musique est tout simplement une erreur, une fatigue, un exil." - Friedrich Nietzsche