Joyeux anniversaire, Sinsémilia !

Le samedi 27 novembre 2021, nous avons quitté nos pénates drômoises pour nous rendre en terre iséroise. Nous nous sommes rendus à Grenoble en compagnie afin d’assister à une soirée d’anniversaire, un trentième !… Après un petit voyage en TER, nous avons paisiblement rejoint notre hôtel à deux pas de la gare afin de prendre nos quartiers et nous reposer un peu.

Il était 18 heures environ quand nous avons quitté l’hôtel histoire de prendre le tramway pour nous rendre au Summum, où de nombreux membre de la Sinsé Family étaient déjà présents pour certains depuis un bon moment. C’est là, dans cette foule amicale qu’a commencé la soirée. Nous nous sommes présentés à l’entrée afin de récupérer les précieux sésames qui nous permettraient de pénétrer dans le saint des saints. Cela fait, nous avons rejoint la salle où la grand messe serait dite, ou plutôt chantée. Nous nous sommes installés sur les gradins en attendant que commencent les festivités.

Sinsémilia fête ses trente ans. Après une longue et belle tournée, ils sont de retour dans le terroir de leurs débuts, de leur jeunesse. Grenoble, là où tout a commencé. Grenoble, là où une bande de potes profitaient d’instants en musique et en commun. Sinsémilia, c’est ça : des amis de trente ans qui sont toujours là, soudés comme aux premiers jours, avec juste un peu plus de vécu. Et quel vécu !

C’est donc au Summum, à Grenoble, que s’achève cette tournée grandiose. Tout le monde le savait dès l’annoce de la date : ça allait être une fête inimaginable. Cette dernière date, ce dernier concert, cette dernière fournée d’une tournée réussie malgré le contexte actuel, c’est avant tout une consécration, une apothéose présageant un avenir encore plus fou.

Et la lumière ne fut plus, avant de revenir sur la scène où un jeune homme a commencé à jouer de sa guitare. Il a chanté quelques morceaux de sa composition. Son nom ? Vanupié. C’est à une dizaine de titres que nous avons eu droit. Lors du dernier, il a invité un guitariste à le rejoindre. Nous racontant l’histoire de cet homme qui, lorsqu’il débutait, lui dit vouloir jouer avec lui car conquis par ses chansons. Cet homme, c’était Nordine, le guitariste de Sinsémilia.

Après un changement de plateau assez rapide, la lumière retombe avant de revenir en un faisceau braqué sur celui qui allait ouvrir le concert : Mike. Et le public s’est mis à chanter, pour l’anniversaire du groupe. Mike nous a parlé longuement de Sinsémilia, avec amour, avec passion, et tout en rimes. Et le concert a commencé, sur une ligne de basse… Et le spectacle fut ! La soirée devient folle. Les Sinsé s’en donnent à coeur joie, écrivant une nouvelle page à leur histoire. Une page qui ne sera pas tournée de sitôt. Les plus grands succès du groupe ont été chantés, par Sinsé comme par le public. Nous avons eu droit à Douanier 007, Le Temps d’une vie,Tout le bonheur du monde, avec un Bozo qui part en solo et nous régale avec son sax, Je te souhaitais, suite de la précédente, mais aussi à toutes ces musiques que l’on aime du plus profond de notre coeur.

Vanupié est revenu ensuite, chanter Le Futur avec Riké. Un spectacle grandiose, gigantesque se déroulait sous nos yeux. Puis vint le rappel, et le public de chanter à nouveau Joyeux anniversaire. La suite de la soirée s’est déroulée en « acoustique », assis tranquillement sous une lumière intimiste, sans les cuivres, sans les percussions, avec guitare, basse, harmonica, avant de repartir de plus belle, avec tout le monde sur scène, et avec beaucoup de plaisir lors du second rappel. Mike arrive aux remerciements. Il remercie tout le monde : ingénieurs, musiciens jouant tour à tour, encadrement, public, et Riké le remercie… Cela fait, tout le monde est passé sur le devant de la scène, et la musique retentit de nouveau, avec One Love, de Bob Marley, pour mettre un terme à cette soirée d’anniversaire.

Et le public, dont nous faisions partie, regagne petit à petit le monde extérieur, des étoiles plein les yeux, du rêve à n’en plus finir, pour rejoindre son véhicule, pour attraper le dernier tram, le dernier bus… Et nous rentrons à l’hôtel, l’âme ravie d’avoir pu assister à cette soirée.

Joyeux anniversaire, Sinsé, merci pour tout et en route vers les quarante !