SKÁLD : Huldufólk [ALBUM]

SKÁLD : Huldufólk [ALBUM]

Un Skald est un poète scandinave médiéval, qui a été particulièrement actif en Islande, Norvège et Suède.

Ce nom a été repris par un collectif français de neofolk / pagan folk qui un genre musical mêlant des éléments de musique folk traditionnelle avec des thèmes et des symboles associés à la culture païenne ou à la spiritualité animiste.

SKÁLD – Crédit Photo : Die Frau

Le 20 janvier 2023, leur album Huldufólk est sorti chez Decca Records / Universal.

Huldufólk est un terme islandais qui signifie « gens cachés » ou « gens invisibles », il fait référence aux croyances en des esprits ou des êtres surnaturels qui vivent parmi les humains, souvent dans des endroits isolés comme les grottes, les collines ou les montagnes. Certains Islandais croient encore en ces êtres et les prennent en compte lors de la construction de bâtiments ou de routes.

Le (très bon) youtubeur spécialiste en vulgarisation historique Nota Bene (Benjamin Brillaud) a écrit le texte de présentation officiel :

Loin dans les terres du Nord, l’écho des mythes résonne. Les croyances des peuples qui vivaient jadis sur ces terres se sont perpétuées et malgré la pression de la société moderne et industrielle, les traditions et le folklore persistent encore. C’est dans les contrées autrefois parcourues par ceux que l’on nomme les vikings, en Norvège, au Danemark, en Suède ou encore en Islande, que le Huldufólk, le peuple caché, reste ancré dans le quotidien. Au bord d’une route, au milieu d’une forêt, au fond de la montagne, les elfes et les trolls se terrent, cohabitant discrètement avec le genre humain, se fondant dans une nature sauvage et merveilleuse. C’est aux côtés de ce peuple issu d’un imaginaire lointain que les sonorités épiques et poétiques de SKÁLD s’aventurent cette fois ci !

En nous plongeant dans les légendes et mythes scandinaves, le collectif SKÁLD, initié par le producteur et compositeur Christophe Voisin-Boisvinet, réunit plusieurs d’artistes talentueux qui redonne la part belle aux poètes et aux chamanes des temps anciens. Au son des tambours, on se laisse bercer par les voix hypnotiques qui nous permettent de s’évader dans un « ailleurs » fantasmée, un ailleurs fait de créatures étranges et fantastiques, de paysage merveilleux et de mystères. Ces récits dans lesquels nous emmène SKÁLD permettent à l’homme moderne de s’enfuir loin de la dure réalité de la vie quotidienne, à l’instar des premiers colons islandais.

Dans ce nouvel album consacré au Huldufólk, dont la première apparition remonte aux Eddas de Snorri Sturluson, au 13ème siècle, c’est tout un peuple auquel de nombreux scandinaves croient encore qui est mis à l’honneur. Ce sont des scaldes tels que Snorri, les poètes et des chanteurs scandinaves d’autrefois, qui popularisent ces légendes à travers leurs écrits. Dans une mise en abîme comme seule la mythologie nordique sait le faire, les récits nous renseignent d’ailleurs sur la création des scaldes. Créé par les nains en mélangeant le sang du dieu Kvasir et du miel, l’Hydromel poétique transforme les hommes qui le boivent en poètes et en savants. Nul doute qu’en contemplant ces paysages volcaniques de l’Islande, ces derniers furent bien inspirés. Le moindre roc, la moindre motte de terre, prend ainsi en quelques vers une dimension surnaturelle et fabuleuse.

En héritier des scaldes d’antan, SKÁLD nous propose chanson après chanson d’apprivoiser ce folklore, de se perdre dans les collines aux elfes danoises, de rencontrer des nymphes suédoises, de nous narrer la balade de Herr Mannelig, évoquant une troll qui tente d’épouser un chevalier en espérant devenir humaine, de s’attarder quelques instants sur la légende du dragon Fafnir.

Ce que propose SKÁLD, ce n’est pas une reconstitution d’une époque passée, mais une aventure, une expérience, qui sent bon l’Histoire, la mythologie et les légendes, qui nous pousse à rêver à la nature, aux forêts, aux rivières, aux mystères et au folklore du nord. Une odyssée d’un médiévalisme fantasmé et inspiré, mélange de textes anciens et de sources médiévales plus récentes. Avec des thématiques tirées du Gylfaginning, du Skáldskapármal, ou encore du Grólgardr, ces histoires, qui se transmettent de générations en générations, nous parviennent à travers les chants lyriques et gutturaux de SKÁLD, qui se mêlent pour former une douce mélopée que nous envieraient sans doute les nymphes de jadis.

Près de treize musiciens répondent à l’appel de SKÁLD et expriment leur savoir et leur sensibilité à travers l’album. La harpe et la cornemuse s’agitent sous les doigts de Daniela Heiderich, l’archer du nyckelharpa d’Aliocha Regnard font resurgir des notes du 14ème siècle, la Moraharpa, la Lyre et la Talharpa sont sublimées par Ravn, tandis que la vielle à roue de Laetitia Marcangeli nous hypnotise et que les percussions vibrent sous les coups puissants de Nicolas Montazaud, Marti Ilmar Uibo et Christophe Voisin-Boisvinet. Le chant, quant à lui, est un formidable condensé de talents assuré par Steeve Petit, Lily Jung, Marti Ilmar Uibo, Laetitia Marcangeli, Michel Abraham, Kohann, Julien Loko et Adeline Bellart.

Pour se rapprocher au plus près de l’expérience des scaldes scandinaves, ces voix s’expriment en vieux norrois, mais aussi en suédois, en norvégien, en l’Islandais, en danois et même en Féroïen. Depuis 2018, les percussions chamaniques et les instruments traditionnels de la formation ont déjà fait leurs preuves à travers le monde entier, vendant plus de 245 000 albums, générant des millions d’écoutes en streaming et performants sur les scènes de nombreux pays. Dans cette incroyable aventure musicale et humaine, SKÁLD incarne un hommage vibrant aux peuples d’autrefois et à leurs croyances.

Laissez-vous porter par les elfes lumineux d’Aflheim, prenez garde à la norne Skuld, et préparez-vous pour une odyssée vibrante à travers la Scandinavie médiévale à la rencontre du Huldufólk !

L’album Huldufólk est composé de douze pistes pour un total de 43 minutes et demie :

  1. Troll Kalla Mik (3min56)
  2. Ljósálfur (3min08)
  3. Mánin Líður (3min57)
  4. Ríðum, Ríðum (3min50)
  5. Hinn Mikli Dreki (2min22)
  6. Då Månen Sken (4min37)
  7. Elverhøy (4min02)
  8. Her Mannelig (4min32)
  9. Rauður Loginn Brann (2min55)
  10. Trollslaget (1min10)
  11. Du Hast (Rammstein cover) (3min42)
  12. A Forest (The Cure cover) (5min18)

En comparaison avec les précédents albums de SKÁLD, Huldufólk se concentre sur le côté sombre et mystique de leur musique. Il nous transporte dans un monde inspiré par le médiévisme et la fantasy avec des rythmes hypnotiques.

Troll Kalla Mik nous parle d’une personne qui est appelée « troll » et « Skáld ». Les différents noms qui lui sont donnés font référence à des figures de la mythologie nordique, comme Hrungnir, le géant, et Viðurr, le forgeron. Elle est également décrite comme ayant des qualités liées à la poésie et à la sagesse, grâce à un hydromel fait de miel et de sang.

Ljósálfur décrit un lieu appelé Álfheimr où vivent les Ljósálfar (Elfes de Lumière). Les paroles s’interrogent sur les mouvements de ces êtres, s’ils volent, s’ils se déplacent ou s’ils vivent dans les airs. Il y a également une référence à un autre groupe appelé Døkkálfur (Elfes des Ténèbres). La réponse finale donnée par un de ces êtres est : « Je ne vole pas, je me déplace et je vis dans les airs ».

Les paroles de Mánin Líður font référence à la lune qui change, la mort qui chevauche et un corbeau qui vole pendant la nuit, et invitent à danser. Il y a aussi une référence à un voyage long qui peut être affecté par les choix de vie, influencés par Skuld, l’une des trois Nornes, les déesses du destin.

Ríðum, Ríðum évoque une cavalcade à travers un paysage sauvage et inhospitalier, avec des références à des êtres surnaturels tels que les esprits de la nature et les Álfadrotting (les filles des Elfes), des croyances païennes et Odin. Les paroles font référence à une quête dangereuse, avec des incertitudes et des risques, mais avec une confiance en une force supérieure qui guide et protège. Il est fait référence à l’obscurité qui tombe et à un esprit maléfique qui pourrait être rencontré en cours de route. Ce voyage sera difficile et Odin est invoqué pour protéger et guider les cavaliers.

Hinn Mikli Dreki décrit un « Animal Noble », qui n’a ni père ni mère et qui a vécu seul. Il est devenu mauvais et s’est transformé en un Lindworm, qui est un être mi-serpent mi-dragon.

Nous vous avions déjà parlé de Då Månen Sken qui conte l’histoire de Bjorn qui se promène dans la forêt un soir d’automne. Promenade qui l’amènera à sa mort.

Le héros de Elverhøy a posé sa tête sur une colline près d’une rivière et a commencé à s’endormir. Il est alors approché par deux jeunes elfes, qui souhaitent lui parler. Ils lui demandent de se lever pour danser avec eux. Les paroles décrivent également la beauté de la nature autour d’eux, avec des oiseaux qui chantent dans la vallée. Les elfes offrent alors de lui enseigner à savoir lire et écrire les runes. Ils dansent ensemble dans un voyage magique, tandis que les oiseaux continuent à chanter.

Her Mannelig raconte la demande en mariage d’une femme à un homme, dans laquelle elle offre des cadeaux pour obtenir satisfaction. L’homme refuse finalement la demande en raison de la nature surnaturelle de la femme, qui est décrite comme une troll des montagnes.

Rauður Loginn Brann (littéralement, la flamme brûlait rouge) fait référence à un homme qui est perdu et qui erre dans les montagnes, ne pouvant trouver son chemin à travers une tempête qui a été invoquée par une sorcière.

Trollslaget est purement instrumental et en vocalises.

Du Hast est une reprise du grand classique de Rammstein (groupe de Metal Allemand), initialement sorti en 1997. Sa thématique est l’amour et le rejet avec des paroles qui expriment le doute et la peur de l’engagement dans une relation amoureuse.

A Forest est également une reprise, mais cette fois d’un titre emblématique des Anglais The Cure. Cette chanson est celle grâce à laquelle le groupe a été découvert par le grand public en 1980. C’est l’un des morceaux les plus importants de la scène post-punk et gothique des années 80. Elle est caractérisée par une atmosphère sombre et inquiétante, avec des paroles qui évoquent l’isolement et la solitude. En effet, elle parle d’un homme perdu dans une forêt, seul, il se met à la recherche d’une fille dont il n’entend que la voix profonde et lointaine au fin fond des bois. Il commence son aventure et s’enfonce de plus en plus, pour finalement se rendre compte qu’il n’y a jamais eu de fille et qu’il est seul, encore et encore et encore.

Pour conclure, Huldufólk est un album très agréable à écouter et que nous vous recommandons chaudement si cet univers enchanté vous parle !

Vous pouvez vous le procurer sur : https://skald.lnk.to/Huldufolk

En attendant, nous vous laissons avec le clip de Troll Kalla Mik :

Bastringue.fr est un média sans but lucratif, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un coup de pouce.

Olivier

"La vie sans musique est tout simplement une erreur, une fatigue, un exil." - Friedrich Nietzsche