La Rechute du Svink ! (Nouvel album)

La Rechute du Svink ! (Nouvel album)

C’est le Svink Papa, tu sais : les Beastie Français !

Non, ça ne vous parle pas ?

Svinkels est un groupe de rap-rock-punk-festif-alcoolique qui s’est formé en 1994 dans le quatrième arrondissement de Paris où Gérard Baste (Matthieu Balanca) et Nikus (Nicolas Tissier) étaient au Lycée (mais pas dans le même) et le groupe se fait connaître en 1997 avec leur titre Alcootest sur la compilation Police. Avec leur premier EP Juste fais là ! réalisé par Guts cette même année, Ils proposent alors la recette qui fera leur succès, des lyrics crados mais bourrés de jeux de mots, sur des sons festifs, percutants et pertinents.

En 1999, ils sortent leur premier album studio devenu culte Tapis Rouge porté par le tube d’une génération, Réveille le Punk toujours bien vivant. S’en suivent en 2000 l’EP Bois mes paroles puis leur deuxième album en 2003 Bons pour l’asile et pour boucler la trilogie en 2008 Dirty Centre un grand hommage aux groupes qui les ont influencés. Entre temps, nous avions eu droit au remix DJ Pone réveille le Svink ! en 2005.

Le vendredi 30 janvier 2009, le couperet tombe : le groupe se sépare et annule sa tournée de promo pour Dirty Centre, laissant les fans sur le carreau…

Fin 2017, après quasiment dix ans d’absence, ils reprennent le chemin des planches et en juin 2018, ils font un set en live sur la Warzone du Hellfest ! Le souvenir des Svinkels est resté bien vivant dans les cœurs et les foies !

Initialement prévu pour le 30 octobre 2020 avant d’être repoussé au 3 septembre 2021, nous voilà enfin en présence de leur nouvel album studio tant attendu par les fans que nous sommes (si vous en doutiez encore) ! Après le single éponyme sorti le 8 juin dernier dont on vous a déjà parlé (C’est la rechute pour Svinkels !) et du percutant Mon Spot que nous avions découvert pile un an avant, le Prince Gérard (Baste) et ses sbires éthyliques (Nikus Pokus et Mr Xavier – alias XanaX) sortent enfin leur nouvel album Rechute sur leur label Cereal Killers Company !

En mai 2021, est sorti Dossiers perdus, un EP de titres non publiés auparavant (Un nouvel EP pour les Svinkels : Les Dossiers perdus Volume 1).

Ils nous ont déjà teasé le 20 juin dernier avec la tracklist que voici dans son intégralité, pour une durée totale de 56 minutes.

  1. Réanimation (3min57)
  2. Mon Spot (4min40)
  3. Rechute (4min08)
  4. Rapido (4min16)
  5. Pas Le Temps De Blaguer (4min26)
  6. Big Red (4min24)
  7. Bistrot Boys (3min44)
  8. CPCQJVLS (4min02)
  9. Jeopardy (2min04)
  10. La Vedette ft Deadi (2min38)
  11. Blessé dans le Pogo ft Waxx (4min16)
  12. Démons (4min55)
  13. Série Noire III (4min05)
  14. J.A.S.E. (4min16)

Quatrième vrai album studio du groupe, ce skeud marque leur retour tel un scud qui nous frappe en plein dans la face ! On reconnaît bien le style des origines des fatboys du Cap d’Agde qui nous abreuvent de leur rap new-yorkais et Californien des années 90, tout en les modernisant, s’inscrivant dans les tendances les plus actuelles et flirtant même parfois avec le Reggae !

Ça démarre avec le réveil en Réanimation à l’hôpital après un long coma (éthylique) du groupe que l’on pensait déjà mort et mis en bière mais qui revient parmi les vivants ! La fin est justement un rappel de l’album Dirty Centre qu’on pensait bien être le dernier (« Qu’est-ce que je suis censé faire ? »).

Ensuite, le groupe s’en va récupérer [Son] Spot à la brasserie ayant donné le nom au groupe : la Swinkels Family Brewers ! Dans ce titre percutant on trouve un gros refrain Dancehall qui vient percuter les sirènes d’un beat qui tape pile entre East et West Coast. On y trouve des références à Ça recommence (le morceau d’ouverture du deuxième album du groupe, Bons pour l’asile) ainsi qu’une dédicace de Nikus au rappeur/poète Alkpote célèbres pour ses fameux ad lib licencieux. L’outro est sur des scratches de DJ Pone dont le sample « I want my spot back » provient du morceau Long Kiss Goodnight de Notorious B.I.G. paru sur l’album Life After Death en 1997.

Et là c’est la Rechute ! Le titre éponyme (dont nous vous avions déjà parlé : C’est la rechute pour Svinkels !).

lâche des références au titre de la biographie de James Dean (Live Fast, Die Young) ainsi qu’à l’usage des drogues (légales et illégales, plus ou moins dures) par les membres du groupe ou d’autres comme Eminem ou Renaud. On y trouve également une référence aux jeux vidéo via DBFZ (Dragon Ball Fighter Z) et un de ses combo (Saut, cancel, L, M). Ils font également mention de leur Olympia complet pour leur retour le 27 avril 2018 (premier concert du Rechute Tour) et pas mal de petits pastiches amusants tout le long.

Pour Rapido, nous avons un morceau entièrement en rimes en O. On aurait pu croire à un retour d’un ancien jeu de la Française des Jeux, mais non ! Et Ils ne parlent pas là d’eau non plus mais encore de drogues, d’alcool, de leurs activités, mais rapido !

Car peut être ils n’avaient Pas le temps de blaguer ! Là encore on a droit à une chanson aux paroles assez courtes.

Big Red, est un hommage à l’artiste français Stéphane Joachim surnommé ainsi et contemporain de nos comparses dont le style touche au ragga, au hip-hop jusqu’au reggae tout comme ce titre !

Nos Bistrot Boys tisent tels les professionnels qu’ils sont les doses de divers alcools du plus léger au plus fort, fidèlement à leur habitude ! [M.A.J. 24/09/2021 : le clip de Bistrot Boys est sorti !]

Et après le lendemain, forcément, ils regrettent un peu et CPCQJVLS : « C’est pas c’que j’voulais » !

Jeopardy, morceau le plus cours de l’album faisant référence à l’émission de TV éponyme et aux trous de mémoire dus aux différents excès des membres du groupe.

La Vedette : titre quasiment aussi cours que le précédent et avec la participation du rappeur de Poissy spécialiste de freestyle : Deadi.

Blessé dans le pogo : référence au Festival de métal Nantais, Hellfest qu’ils ont fait en 2018 justement avec Waxx qui est en Featuring sur ce titre !

Les svinkels exorcisent leurs vieux Démons et nous parlent de leurs souvenirs des années 80 ayant vus leurs débuts et qui remontent à la surface. C’est également, au vu de ses textes, une chanson assez engagée et intimiste à la fois.

Ensuite, la Série noire III continue ! Le premier « Série noire » est dans « Bons pour l’asile » et « La fugue (Série noire II) » est dans « Dirty Centre ». On y trouve un certain côté Serge « Gainsbare » dans l’intro parlée de ce morceau, la suite est posée sur une instru digne des vieux films d’horreur …

Sur le dernier titre à l’instru très jazzy, ça J.A.S.E. et ça sample leurs anciens morceaux en se rappelant toute leur histoire, de leurs débuts jusqu’à la scène du Hellfest, ainsi que l’origine du nom du groupe. Ils finissent ce titre et l’album par un rappel à leur devise tiré de leur tout premier album et scandée dans Réveille Le Punk : « Je représente ceux qui utilisent leur cervelle à la détruire » !

Au vu de la belle collection de titres taillés pour la scène nous comptons bien les retrouver prochainement et ne pas attendre 2042 pour le prochain album !

Même si les Svinkels disent que c’est pas pour le pognon mais pour l’Histoire (et puis boire des coups un peu quand même), nous leur souhaitons que ça fasse « Flap flap flap » quand tu lâcheras l’oseille et « shkling-shkling » dans l’tiroir-caisse !

Pour celles et ceux parmi vous qui ne les ont pas encore écoutés en boucle, revoici leurs deux pistes déjà disponibles sur YouTube.

Mon Spot
Rechute

Vous pouvez les suivre sur Instagram et Facebook. Et pour vous procurer l’album, c’est par ici que ça se passe : Svinkels – Rechute.

Comme d’habitude avec nos compères, n’oubliez pas que, contrairement à la musique, l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

Olivier