Le Plus beau concert de notre vie

Le Plus beau concert de notre vie

Proposé par Jean-Luc A.

Si on vous dit que le plus beau concert de notre vie est celui qui n’a pas eu lieu, vous allez nous prendre pour des dingues.

C’est pourtant vrai.

Nous nous étions donné rendez-vous sur le parking de la salle de concert où devait jouer un de nos groupes fétiches, à 18h30.

Nous venions des quatre coins de la région, certains de beaucoup plus loin.

C’était un rituel ; avant chaque concert, nous nous installions peinards sur le parking. Nous dépliions nos tables, tapions la discut’ autour d’un apéro dînatoire au son de nos PUTAINS DE GROUPES à nous.

Le volume était suffisamment fort pour qu’on puisse s’éclater, mais pas trop non plus pour qu’on ait le plaisir de s’entendre causer.

Mais un drame s’est produit : concert annulé. Un des gars de la sécurité nous dit : « Désolés les gars, on l’a su qu’en début d’aprèm. Vous pouvez rester sur le parking autant que vous voulez. »

Certains collègues de concert, anéantis rentreront noyer leur chagrin chez eux.

D’autres (dont nous) feront comme si de rien n’était : chants, rigolade, anecdotes et apéro dînatoire pas mal arrosé.

Il n’y avait que quatre ou cinq bagnoles sur le parking mais qui contenaient suffisamment de musiciens et de chanteurs en herbe pour faire de ce parking un terrain de jeu.

Trois gars , dont un de notre tribu, sortent guitares et amplis, deux autres basses, un batteur sort ses fûts. On branche tout ça dehors, la salle étant équipée.

Une nana prêtera sa voix et moi la mienne.Le concert durera trois heures.

Les riverains, par le son de la musique alléchés n’appelleront pas les forces de l’ordre et viendront festoyer avec nous avec, dans leurs bras, bouteilles et vivres.

Le concert était TERRIBLE. Ça jouait fort et très juste avec une énergie et une rage inégalables et inégalées.

Notre histoire a fait le tour des médias régionaux et nationaux, d’autant plus que tout avait été filmé à l’insu de notre plein gré, comme dirait l’autre.

Nous avons appris que le dit groupe (un GAB* parmi tant d’autres) avait été victime d’une intoxication alimentaire.

Ce groupe, cette famille de groupes, ce sont nos chefs de file musicaux. Ils nous font voyager, rencontrer des personnes marrantes, pathétiques, attachiantes ou carrément dangereuses.

Ces combos , nous les aimons à la folie.

On peut citer pêle-mêle : LES GARCONS BOUCHERS, PIGALLE, LOS CARAYOS, LES SHERIFF, LES TROLLS, LES TIMIDES, TEN CUIDADO, WASHINGTON DEAD CATS, WAMPAS, OTH, CAMERA SILENS, CHARGE 69, CYCLOPE, PARABELLUM…

Ils ont su prouver, grâce à leur besoin d’indépendance, à travers leurs textes, musiques, que, oui, un autre monde musical était possible

Pour conclure, cette aventure a donné des idées à pas mal de monde.

Un peu partout en France fleurissent des No Concert Festivals.

Des amateurs éclairés jouent avec enthousiasme des reprises de ce Rock Indépendant Français qui n’a pas fini de nous rendre heureux.

Où jouent-ils, me direz-vous ? Sur des parkings bien sûr.

* GAB : Groupe à bornes

Webmaster